D'abord confiné dans sa bulle
Rien n'a d'importance
Mais quand soudain on nous expulse
C'est en nous qu'on prend conscience
On nous apprends à sourire
A dire papa, maman
On est les maîtres de notre empire
On marche et tout le monde est content

Et on sort de l'ombre
La tête la première
On aperçoit le monde
Et toutes ses lumières
On s'émerveille
On tape des mains
Et quand on se réveille
Il n'y a plus rien

Et puis un jour on grandit
Le regard qu'on porte sur les choses change
Le temps des jeux est fini
Et puis nos rêves d'avant on les range
On marche droit sur un fil
Pas tout à fait adulte ni enfant
On nous dit qu'il faut quitter son île
Qu'il faut aller de l'avant

Et on s'écrase dans ce monde
La tête la première
On doit entrer dans la ronde
Pour être dans sa lumière
Toutes ces merveilles
Qu'on attrape à pleines mains
Qui dès qu'on se réveille
Se révèlent n'être plus rien

Et on évolue encore
On arrive dans la cours des grands
Cet univers qu'on croyait d'or
Illuminé de faux-semblant
Pour tracer sa voix
On fait confiance à son destin
On se laisse porter par sa foi
Nos rêves d'enfants s'effacent au loin

Et on aperçoit l'ombre
La tête la première
On quitte doucement ce monde
On marche vers la lumière
On s'endort
On croise nos mains
On n'a plus de remords
On ne ressent plus rien